Interview de David Gueissaz, conducteur de travaux chez Bollini - Bollini
51089
post-template-default,single,single-post,postid-51089,single-format-standard,edgt-core-1.1.2,ajax_fade,page_not_loaded,,vigor child-child-ver-1.0.0,vigor-ver-1.10, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Interview de David Gueissaz, conducteur de travaux chez Bollini

« Un conducteur de travaux est à un chantier ce qu’un chef est à son orchestre »

Un chantier demande une coordination bien orchestrée et un suivi toujours plus précis. En effet, le nombre de spécialistes que requière un projet de construction est en croissance depuis quelques années. Aussi, le rôle du conducteur de chantier est primordial. Rencontre avec David Gueissaz qui occupe ce poste au sein de l’entreprise Bollini.

 

Monsieur Gueissaz, vous êtes conducteur de travaux chez Bollini. Expliquez-nous concrètement quel est votre métier.

Mon métier consiste en la gestion administrative des chantiers. Aussi, je suis en charge du traitement des demandes d’offres. J’assure également le suivi des chantiers et de la production, ce qui implique la prise en considération et le respect des délais et du budget, ainsi que de tous les aspects du projet liés à la qualité, à la sécurité et à l’environnement.

 

Comment avez-vous vu le domaine de la construction évoluer depuis une dizaine d’années ?

Le domaine de la construction s’est spécialisé, ce qui implique un nombre croissant d’intervenants sur un chantier particulier. En effet, des spécialistes interviennent aujourd’hui à chaque étape du chantier comme, par exemple, pour les échafaudages, les chapes ou encore les crépissages.

 

Quelles sont aujourd’hui les tendances en matière de construction ?

La tendance est aux mélanges de matériaux soit le béton, le bois, le métal et le verre, également. De plus, parce que le client souhaite aujourd’hui construire plus vite et au meilleur prix, le préfabriqué a pris une place importante dans le domaine de la construction de maisons individuelles, mais également de bâtiments locatifs ou administratifs. Pour les sous-sols, il s’agira de préfabriqué en béton. Au rez-de-chaussée et dans les étages, on retrouvera plutôt du préfabriqué en bois.

 

Comment imaginez-vous le domaine de la construction dans 10 ans ? Quelles seront, selon vous, les évolutions majeures du métier ?

A l’avenir, les constructions seront de plus en plus standardisées et préfabriquées, et leur durée d’existence sera d’une vie. Chaque génération démontera et reconstruira à son choix et aux normes en vigueur. Nous ne construirons plus pour 100 ou 200 ans. Mais je reste confiant, il y aura toujours du travail.

Post a Comment